Texte de Denise Pelletier

lu à la présentation de Louise Portal

au Gala de l'Ordre du Bleuet, le 16 juin 2012



Depuis qu'elle a quitté son Chicoutimi natal, il y a 40 ans, Louise Portal a fait tant de choses qu'il serait impossible de les énumérer. Comédienne, chanteuse, écrivaine, conférencière, elle aime toutes ces formes d'expression et, dans chacune, elle a beaucoup à dire.


Sensible et généreuse, elle veut aimer avant de choisir. Choisir aussi bien un réalisateur confirmé comme Denys Arcand qu'un jeune cinéaste à ses débuts, comme Jean-Philippe Pearson, avec qui elle a récemment tourné Le Bonheur des autres. Elle endosse avec la même ferveur les grands rôles et les plus humbles.


Au cinéma, elle incarne Cordélia Viau au destin tragique et la sensuelle Diane dans Le Déclin de l'empire américain et Les Invasions Barbares. Elle est aussi la Jacqueline des Muses orphelines, film adapté de la pièce de Michel-Marc Bouchard, qu'elle a aussi jouée au théâtre. Sous-sol, Full Blast, Mourir à tue-tête, Souvenirs intimes, Séraphin, le Bonheur de Pierre, La Rose, Pierrot et la Luce, figurent aussi parmi la cinquantaine de films où on a pu la voir, auxquels il faut ajouter plusieurs courts métrages.


Au petit écran, elle a joué dans La petite semaine, Du tac au tac, Le Volcan tranquille, Fortier, Nos étés, 19-2, Lance et compte, Prozac, 30 vies et dans au moins 40 autres séries télévisées, téléfilms et documentaires.


En disque et en spectacle, au Québec et en tournée, elle interprète ses propres chansons et parfois celles des autres.


L'écriture, tel un phare puisant son énergie dans les élans romanesques de son adolescence, éclaire et transcende toutes ces activités. Elle écrit, au crayon, des romans très personnels dont l'héroïne porte souvent son deuxième prénom, comme Jeanne Janvier, l'Actrice, L'Enchantée, des témoignages, des souvenirs, des contes pour enfants. Le Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean lui décerne son prix hommage en 2008.


« L'écriture c'est ma voie intérieure, alors que, quand je joue, je suis l'instrument qui sert à passer les émotions des autres », dit-elle.


Son père, Marcel Lapointe, décédé en 1980, était médecin, mais aussi écrivain et peintre. Il a transmis le goût de la création et de la communication à ses cinq enfants. « Je me sens comme son héritière spirituelle » dit Louise Portal qui, en plus de lui emprunter son nom de plume, lui a rendu un vibrant hommage dans Les Mots de mon père, publié en 2005.


Avec sa sœur jumelle, la comédienne Pauline Lapointe, décédée l'an dernier, Louise est l'aînée de la famille, qui compte également Priscilla, Geneviève et Dominique.


Encore adolescente, elle écrit son journal intime et présente des spectacles avec ses sœurs et son frère sur le toit du garage de la maison familiale. Elle fait du théâtre amateur avec Rémy Girard et Marie Tifo, de la radio, de la télévision, des défilés de mode. Ouvreuse à l'auditorium Dufour, elle rêve de monter un jour sur scène. « C'est au Saguenay que j'ai puisé mon énergie créatrice. Ce berceau de ma naissance a laissé en moi des souvenirs heureux, immuables », dit-elle.


Généreuse, Louise Portal donne beaucoup à sa région d'adoption, l'Estrie, où elle a fait bâtir maison avec son amoureux, Jacques Hébert. Elle y a mis sur pied les Correspondances d'Eastman, un événement littéraire accessible à tous inspiré par sa correspondance avec son père.


Après la solitude de l'écriture et de la lecture, il y a la chaleur des rencontres et des échanges. Chaleur également présente lors des conférences, qu'elle donne seule ou en duo avec son conjoint, partout au Québec. Elle relate avec simplicité et naturel ses expériences de femme et d'artiste, elle répond aux questions du public et appuie ses propos par quelques chansons.


Toujours prête à partager ses émotions, à parler et à écouter, Louise Portal pose sur les gens et les choses un regard chaleureux et fraternel. « Même si j'ai quitté ma région natale depuis quarante ans, elle y est pour beaucoup dans l'artiste et la femme que je suis devenue », aime à dire cette exilée qui n'a jamais coupé ses racines. Sous l'enveloppe sage d'une soixantaine qu'elle assume avec sérénité et bonheur, le feu brûle toujours aussi fort.


Louise Portal c'est une voix, une musique, un visage, un accent d'ici gravé dans le paysage québécois. C'est un volcan tranquille, c'est une amie, une amoureuse. C'est une âme qui touche la nôtre, une femme qui sème tendresse et beauté partout où elle se pose.



Le 16 juin 2012

LOUISE PORTAL


Comédienne, chanteuse, écrivaine

Remarquable ambassadrice de sa région


fut reçue membre de L’Ordre du Bleuet


***

mercredi 26 juin 2019

Seules, ces femmes que j'aime de Louise Portal

Photo Jeannot Lévesque


Daniel Côté
Le Quotidien

Toute vie est source d’enseignements, une réalité que Louise Portal explore dans son nouveau livre, un essai intitulé Seules, ces femmes que j’aime. Publié chez Druide, il comprend 15 vignettes consacrées à des personnes qui furent souvent très proches, des consoeurs, des amies et une parente, sa soeur Pauline. Toutes ont été confrontées à des épreuves qui, dans la majorité des cas, les ont poussées à se réinventer.

La suite du texte ICI  Louise Portal et celles qui l’inspirent

Autres textes sur ce livre :

Journal de Québec du 24 février 2019

Véro, 16 août 2018






mercredi 19 décembre 2012

Louise Portal sur vidéo au Gala 2012

Quelques minutes pour se souvenir d'un grand moment

Gala 2012 de l'Ordre du Bleuet
Louise Portal